Retour à la liste

A la lumière de ce que nous savons

Zia Hayder Rahman

Un matin de septembre 2008, dans le quartier chic de Kensington, à Londres  : le narrateur, un banquier d’investissement âgé d’une quarantaine d’années, dont la carrière et la vie conjugale partent à vau-l’eau, reçoit une visite inattendue à son domicile. Dans un premier temps, il n’identifie pas l'homme qui se présente sur le pas de sa porte, sac au dos, l'air épuisé. Au bout de quelques instants, il reconnaît Zafar, un ami de l’université, brillant étudiant à Oxford, perdu de vue depuis quelques années. Il lui offre aussitôt l’hospitalité. C’est le début d’un long échange entre les deux hommes. 
Dans l'alternance de ces deux voix, se dessine un roman qui invite à un véritable voyage à travers le monde (du Royaume-Uni à l’Europe continentale, des États-Unis à l’Asie, avec le Bangladesh, le Pakistan et l’Afghanistan), au sein de classes sociales très différentes et dans la diversité des champs de l’expérience et de la connaissance humaine.